Info: diasol_patmiki@yahoo.ca
Studio improvisé à la polyvalente Henri-Bourassa, photo PatMiki

« Récits du sud-ouest » est une œuvre photographique, un photomontage réalisé par les artistes Patrick Dionne et Miki Gingras avec la collaboration d’organismes communautaires et des citoyens, citoyennes de l’arrondissement du Sud-Ouest de la ville de Montréal. Le projet consistait à donner un droit de parole visuel et à partager une réflexion identitaire afin de créer, à partir des histoires et des écrits des participants, une murale photographique qui reflétait l’identité de la communauté. Durant le processus, chaque participant a écrit le résultat de sa recherche, une réflexion ou une histoire dans un journal de bord qui a servi de référence et d’inspiration aux artistes pour la construction de la murale photographique. Après avoir récolté toutes les données et les images nécessaires à la réalisation de l’œuvre, les artistes ont procédé au découpage et montage de scènes inspirées de leur relation avec la communauté participante. Ils ont créé un immense photomontage intégrant des images des quartiers, de lieux historiques et des scènes, mimiques ou présentation des participants. Le résultat photographique parle d’une réalité fictive car tout les indices, les détails, les gens, objets et immeubles sont réels mais l’assemblage réalisé est une fiction. L’œuvre a été imprimée sur électrostatique et collée sur les 8 fenêtres de la façade de la bibliothèque Marie-Uguay, comme un vitrail, il est possible de voir la murale de l’intérieur le jour et de l’extérieur le soir.
En savoir plus sur le site dédié au projet Identité » Menu »

Studio improvisé à la polyvalente Henri-Bourassa, photo PatMiki
En 2011 et 2012, 350 citoyens du quartier Centre-Sud se sont présentés au studio de Patrick Dionne et Miki Gingras pour laisser un fragment de leur identité personnelle ou collective. C’est à partir de leurs textes, de leurs histoires personnelles et d’événements historiques que les artistes ont créé un immense photomontage présenté à partir du 14 septembre prochain dans les fenêtres du hall d’entrée de la maison de la culture Frontenac. Le contact des artistes avec la population, les prises de vue en studio et le découpage brut des images pour en faire un collage subjectif et pictural nous rappellent les premiers photomontages ou photos composites où les images étaient découpées et collées. Dans une société mondialisée et uniformisée, l’être humain cherche à s’identifier et à se démarquer. Patrick et Miki sont intéressés par cette dualité entre le conformisme que nous proposent les règles sociales et le besoin de s’identifier, de croire, d’être et de se raconter.

En savoir plus » Menu »
Murale photographique composée de plus de 700 sténopés réalisés par Miki Gingras et Patrick Dionne dans le cadre d’une résidence à l’école secondaire Henri-Bourassa. Ce projet a été réalisé grâce au programme Libres comme l’art mis en place par le Conseil des arts de Montréal, la Conférence régionale des élus de Montréal et le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport..

Cette exposition présente les trajectoires de vie de personnes âgées à partir de leurs images photographiques récupérées dans leurs albums. C’est la mutation de la personne à travers la mutation de l’image qui nous est présentée au moyen de différentes techniques photographiques et audiovisuelles. Le collectif québéco-mexicain Fueradfoco, créé en 2006, regroupe les artistes Patrick Dionne, Miki Gingras, Octavio Galindo et Mónica Ochoa. Ce projet est présenté dans le hall d’exposition de la maison de la culture et dans les fenêtres de la bibliothèque.

En savoir plus » Menu »

Studio improvisé à la polyvalente Henri-Bourassa, photo PatMiki
Affiche de Gigi Perrom
Une cinquantaine de résidents de la rue Marquette se mobilisent pour offrir fenêtres ou galeries comme lieux d’exposition à des artistes. Photographies, bandes dessinées, installations, peintures, textes… l’art s’accroche littéralement aux fenêtres ! Les passants sont invités à s’arrêter, regarder, s’approcher des fenêtres ou des balcons. Les commentaires fusent et la rue redevient un lieu collectif où naissent rencontres et échanges entre visiteurs, artistes et résidents.

« Les fenêtres qui parlent », en changeant le quotidien des rues et en proposant aux artistes un autre type de visibilité, deviennent l’occasion d’une promenade urbaine intrigante où le passant curieux découvrira des formes insolites d’exposition. « Les fenêtres qui parlent » agissent à la fois sur l’espace urbain et le maillage entre les artistes et la communauté. La rue sort de « son ordinaire » et redevient vivante et chargée de poésie.

« Les fenêtres qui parlent » sont nées dans le Nord de la France, à Lille (collectif RESO ASSO METRO, www.lesfenetresquiparlent.org) où les habitants ont une coutume populaire qui consiste à déposer bibelots de toutes sortes aux fenêtres. Depuis 12 ans déjà, l’art s’y invite dans maintenant des dizaines de quartier.

À Montréal, avec le soutien et la complicité lilloise, « Les fenêtres qui parlent » ont repris l’idée en l’adaptant à l’architecture d’ici, même les escaliers peuvent être investis ! L’évènement y est mené par 3 bénévoles, Catherine Arsenault, Marie Degrendel, Hélène Deslières, voisines et copines de la rue Marquette, et soutenu par l’organisme DIASOL sensible à l’approche communautaire et participative de cet évènement.

Pour informations supplémentaires : Marie Degrendel, 514-528-9189 mariedegrendel@hotmail.fr, Un dossier de Presse pourra être envoyé sur demande.

En savoir plus » Menu »

DIASOL

Diasol est un organisme à but non lucratif fondé en 2001, il possède également la vocation d'organisme de charité. Diasol s’est donné comme mandat d’assurer le développement et la diffusion de projets de création favorisant l’engagement de l’artiste envers la société.

Depuis 1999, Miki Gingras et Patrick Dionne créent conjointement des oeuvres photographiques liées aux problématiques politiques, sociales et culturelles. En 2012, ils ont reçu une bourse de création du Conseil des arts du Canada (CAC) ainsi que le premier prix du 18e concours Latino Americano de photographie documentaire à Medellin en Colombie. En 2011, ils ont été en résidence au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) à Mexico. De 2004 à 2008, ils ont réalisé Humanidad, Les enfants travailleurs au Mexique, au Guatemala et au Nicaragua. En 2009, ils ont débuté leur projet de murale photographique Identité dans le secteur Montréal-Nord, ils ont été appuyés par le programme Libre comme l’art du Conseil des arts de la Ville de Montréal. Depuis, il poursuivent ce projet dans plusieurs secteurs de la Ville de Montréal avec l’aide du programme Montréalais d’Action Culturelle. Leurs projets ont été exposés tant au Canada qu’en Amérique Latine.

En savoir plus » Menu »
 
Info: diasol_patmiki@yahoo.ca